Claude Lamoureux a reçu le 11 février le Prix ambassadeur sportif de la part de la Fédération du sport francophone de l’Alberta.

« C’est pas parce que tu viens d’une petite place que t’es pas capable de faire de grandes choses », explique celui qui est originaire du village des Boules, dans l’est du Québec. Aujourd’hui prof d’études sociales à l’école Beauséjour de Plamondon, Claude Lamoureux s’implique depuis plus de 25 ans dans le sport francophone en Alberta. Il a reçu le 11 février le Prix ambassadeur sportif à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de la Fédération du sport francophone de l’Alberta (FSFA).

« Je suis agréablement surpris et ça m’a fait chaud au cœur », confie l’entraîneur national (niveau 3 en volleyball et 2 en athlétisme). Selon lui, cette reconnaissance vient du fait qu’il est « un gars de terrain ». En effet, il s’est investi dans de nombreuses communautés francophones du nord au sud de d’Alberta. « J’ai reçu des textos d’à peu près toutes les régions de la province  qui m’ont dit ‘‘félicitations, c’est un bel honneur pour toi’’. […] En fait, je devrais remercier tous les athlètes et tous les entraîneurs qui ont eu un contact avec moi. »

Toutes les semaines, je vais partager cinq pensées au sujet du hockey qui touche les Francaltains. Sans plus tarder, voici mon attaque à cinq :

Le jeu de puissance retrouve sa force

Malgré le fait que le Canadien de Montréal se retrouve premier dans le classement de la LNH, il n’a su compter sur ses premiers 27 jeux de puissance de la saison. Avec le vétéran Sergei Gonchar en renfort, l’avantage numérique a établi le ton du match jeudi soir sur un gain de 5-1 contre les Bruins. Le Tricolore circulait bien la rondelle et il créait de nombreuses chances de marquer.  Samedi soir, contre les Flyers, le CH a su trouver le fond du filet trois fois sur trois attaques massives pour signer un gain de 6-3.

Les Oilers, une équipe bâtie pour la Conférence de l’Est

Ce n’est pas un secret que les Oilers ont une fiche impressionnante de 6 victoires contre 2 défaites contre les équipes de l’Est. Le succès des plus petits membres de l’équipe, dont Mark Arcobello et Ryan Nugent-Hopkins, n’est pas plus surprenant vu qu’ils sont bien à l’aise dans un style de jeu rapide et ouvert. Au mois de novembre, « Nuge » accuse 6 de ses 7 points contre des équipes de l’Est, tandis que pour Arcobello, ce sont 2 de ses 3 points.

Anaë P. Gingras a commencé le karaté à Calgary après avoir vu son fils exercer cet art martial. Désormais, elle enchaîne les compétitions et les victoires dans ce sport qui joue un rôle important dans sa vie de famille.

 

La naissance d’une passion

 

En 1998, Anaë Gingras et son conjoint visitent la ville de Calgary et décident d’y rester un an. « Comme beaucoup de gens nous voulions visiter l’Ouest Canadien et apprendre l’anglais » explique-t-elle. Mais une fois de retour au Québec, ils réalisent que Calgary est devenu leur nouvelle maison et s’y hâtent d’y retourner pour devenir citoyens albertains.

 

Les années passent, Anaë devient mère et gère une garderie francophone familiale. « Je suis une maman très active, et il y a quelques années il me semblait que le temps me manquait pour faire de l’exercice. J’adore être avec les enfants mais à la fin de la journée, je sentais le besoin de sortir de la maison ». Elle inscrit son fils Jérémie à des cours de karaté et l’y conduit deux fois par semaine. C’est là qu’une question s’impose à elle, « pourquoi s’asseoir à regarder nos enfants faire un sport quand nous avons la chance de se joindre à eux ? »

Les plus grands athlètes d’élite canadiens étaient rassemblés à Calgary du 26 au 28 septembre.

C’est du 26 au 28 septembre que des médaillés olympiques et paralympiques, des espoirs des Jeux panaméricains 2015 et olympiques de 2016 et des athlètes ayant participé à des championnats du monde se sont réunis à Calgary pour célébrer la 22e édition du forum annuel AthlètesCAN, le plus important rassemblement des représentants des athlètes des équipes nationales hors de la compétition.

Plus de 100 délégués, dont des représentants de plus de 45 sports, participaient au colloque de deux jours. Le forum rassemblait les athlètes d’élite et les leaders du sport canadien afin qu’ils puissent découvrir les rouages du système sportif, acquérir des compétences en leadership, partager leurs idées et développer un réseau de contacts dans le cadre d’ateliers interactifs, de séminaires et de présentations.

Page 3 sur 3
Aller au haut