Chaque année, des milliers de nouveaux arrivants viennent s’établir au Canada. Parmi eux, de nombreux enfants dont certains ont attendu plusieurs années, soit dans un pays en guerre, soit dans un camp de réfugiés, ou encore dans un pays de transit. Dans les semaines ou les mois qui suivent leur arrivée, les enfants prennent alors le chemin de l’école. Comment éviter l’écueil du décrochage scolaire face à un tel contraste de réalité et de culture ? Une rentrée scolaire qui se fait dans les règles ou presque.

Aller au haut